Pages

Articles précédents

mardi 1 mars 2011

Chronique : Selim au Bus Palladium (18-02-2011)

Photobucket

Le groupe Selim a très largement fait le plein pour ce "retour" sur scène, dans une ambiance surchauffée... (Le bus palladium est d'ailleurs redevenu depuis un peu plus d'un an un lieu incontournable - paraît-il - de la nuit parisienne). Parler de retour pour un groupe qui a deux ans d'existence, une poignée de concerts, et 25 ans de moyenne âge cela peut faire sourire, et il est vrai que ce concert du 18 février  ressemblait tout autant à un grand début. Après quelques concerts il y a deux ans, les membres du groupe étaient partis en tournée avec différents groupes et y ont gagné,  notamment pour Joseph Chedid et Elise Blanchard (tournée des "saisons de passages" de -M-) un peu de notoriété.

Je passe rapidement sur la première partie (Le groupe La Féline) dont je n'ai entendu que deux morceaux et demi. J'avais déjà entendu parler de ce  groupe - sans jamais les voir - un trio qui fait du rock down tempo,  un peu façon cat power ou pj harvey, menée par une grande brune longiligne et hypnotique, comme la musique du groupe,  et comme on dit dans ces cas là, "dommage ça avait l'air bien"...

Un court break, et arrive Selim.
 Premier miracle on entend tous les instruments (ce qui n'est pas toujours le cas dans ce genre de salle). Deuxième miracle on entend la voix de Joseph, (ce qui ne fut pas toujours le cas lors des précédents concerts de Selim) les mélodies, voire même les textes, suffisamment en tout cas pour en saisir  la poesie (car Selim chante en français)  et ce malgrès la haute dose d'énergie déployée par l'irréprochable section rythmique Elise Blanchard (à la basse) / Alexis Bossard (à la batterie.)

La set list contenait  - il me semble  - beaucoup de nouveaux morceaux (mais après tout ce temps, il se peut que les arrangements aient changé...), et le groupe recherchait manifestement un certain equilibre dans l'alternance des moments furieusement rock n' roll (riff pieds au plancher sur la disto, solo strident, caisse claire qui cogne dur) et de moments plus subtils et aériens, dans les harmonies et les structures des morceaux.

Joseph Chedid  mettra sans doute du temps pour échapper à la comparaison avec son grand frère, il suffit de voir l'excitation des fans du premier rang lorsqu'il prend un solo et d'entendre les  aigus de sa voix. S'il est vrai que sur les morceaux les plus calmes, la ressemblance est évidente (mais son timbre est un peu différent de celui de Matthieu, je dirais plus à la Neil Young) dès que la musique se fait plus rock, Joseph s'en va chercher dans des influences vocales moins épurées que celle du frangin, comme Bowie époque Ziggy ou même dans les cris de Robert Plant (le groupe a d'ailleurs ajouté dans sa musique un petit côté led zeppelin  bluesy qui n'était pas là auparavant).

Par rapport aux concerts précédents, c'est l'ensemble du groupe qui me parait avoir pris du niveau (énorme classe de la bassiste, auparavant la plus introvertie) , notamment le guitariste au chapeau,  Valentin Durup, donc le jeu et l'attitude complète parfaitement celui de Joseph...  Ce dernier, toujours survolté sur scène, prenait aussi parfois le temps de lâcher la guitare pour laisser monter le groove et se concentrer sur les mots, tout en gardant son air coquin, jetant des petits regards à la foule, comme pour préparer le dernier morceau du concert - unique rappel - un véritable tube rock dont le refrain "Où sont les coquines ? "  invitait littéralement les nombreuses filles présentes à hurler à plein poumons.
Ce bus palladium là prenait subitement un petit air sixties, un petit air - peut-être - du club mythique qu'il fut à cette époque, qui nous a presque fait supporter l'impression d'être dans le métro aux heures de pointe  lorsqu'il s'est agît de trouver la sortie, sous le regard un peu méprisant des clubbers de 20 ans qui faisaient la queue dans l'autre sens pour rentrer.

Les prochaines dates annoncées sont celles des concerts acoustiques du ciné 13 de mars-avril (avec Nach et Chat). Une ambiance sans doute très différente (j'y ai vu Mathieu Boogaerts il y a quelques semaines).
Le premier EP dont j'ai moi même annoncé la sortie courant février ici, n'est toujours pas disponible, mais Selim annonce sur facebook sa sortie imminente, ainsi que la mise en ligne d'un site internet.

N.B Les photos sont de Aude Friedmann et Lorelei Birds (on peut voir ces dernières et de nombreuses autres ici (Aude) et ici (Lorelei). 

Lieu : Bus Palladium, Paris 9 eme (350 personnes, je dirais)
Date : 18/02/2011

Mise à jour 29 mai : Une petite video du concert trouvé sur la page du groupe....




SELIM - Les Cochons (live au Bus Palladium) par SELIMofficiel

4 commentaires:

  1. Bravo pour cet article!

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  3. ou ici pour les photos !

    http://www.flickr.com/photos/audefriedmann/sets/72157626109132508/

    RépondreSupprimer

Messages les plus consultés

Bookmark and Share

Qui êtes-vous ?

Paris, France
Chroniques News Musique Chansons et Pop/Rock Je suis quelques artistes français avec plus d'attention, mais je parle de tout ce qui, musicalement, se présente...
.