Pages

Articles précédents

dimanche 30 mai 2010

Chronique : Carmen Opera Rock & Soul, (Acte II) au Ciné 13

Dans le cadre du festival de formes courtes théâtrales "mises en capsules", au Ciné 13 Théâtre, Alexis Michalik (adaptation et mise en scène) et PAD (arrangement et composition musicale) proposent une décapante adaptation "Rock n’ Soul" de l’Opéra de Bizet, avec une vingtaine de chanteurs, danseurs, acteurs et musiciens, dont Julie Zenatti & Christophe Mali (Tryo).

Le spectacle commence des l’extérieur de la salle, alors que nous pénétrons dans le cabaret de Lilas Pastia (le remuant Youseff Hajdi), accueillis par des serveuses particulièrement jolies, et attentive au public masculin (ce sont les choristes), Carmen (Julie Zenatti) et ses copines sont déjà dans la salle, (arrangé en cabaret, avec tables et petites lampes) ainsi que bon nombre des acteurs. Le groupe attaque une petite intro inspirée de l‘ouverture de carmen, Pastia chauffe la salle, et le spectacle commence vraiment avec un Zuniga aviné (Christian Mulot, convaincant) qui réclame une chanson, que Carmen nous offrira (il s’agit des tringles des sistes tintaient revisité en chanson de cabaret, et finissant en rock endiablé…). Le caneva du spectacle suit vraiment l’acte 2 de Carmen, à quelques adaptations prêts : les contrebandiers (Kova réa et Julien Plantier, tous deux excellents) sont funky en diable et semblent tout droit sorti de Shaft, le Torréador (Antoine Lelandais, survolté) est une star du foot, qui rend les filles hystériques, etc. Les costumes et la musique sont plutôt sixties, ou seventies, sans que cela ne soit trop mécaniquement transposé.

Un des points fort spectacle, c’est qu’il se passe toujours quelque chose sur scène, les acteurs sont mêlés au public (invité à danser par les serveurs, et plus généralement participer), ou l’inverse, l’ambiance est garantie. Les chorégraphies (de Nytia Fierens) sont simples mais efficaces. Les chanteurs jouent vraiment plutôt bien la comédie. Il y a des moments assez drôles, sans être caricaturaux. La bonne surprise vient en particulier de Julie Zenatti, très convaincante, qui plus est dans un style de musique radicalement opposé à son genre habituel. Le pari de cette adaptation c’était le choix - contrepied évident - de Christophe Mali dans le rôle de José, parmi tous ces chanteurs avec des voix puissantes, on aurait pu craindre qu’il essaye de pousser sa voix, et perde son timbre si particulier. Au contraire, sa version de la fleur que tu m’avais jetée (habituel morceau de bravoure du ténor) est tout en douceur et en finesse, avec des moments presque parlés, un arrangement astucieux de PAD (guitare électrique/ violoncelle), et un final de guitares à la radiohead très efficace. José redevient vraiment un looser sympathique, bientôt berné par Carmen, qui lui préférera dans les actes suivants le flamboyant torréador.

Au final, on croit à cette version de Carmen, qui ne ressemble ni tout à fait une comédie musicale (le groupe sonne vraiment comme un groupe live, qui groove, qui sature, qui s‘amuse…), ni à une pièce de théâtre, on est à mis chemin du cabaret et du concert… On y croit aussi parce qu’on y reconnait les air connus de Carmen : les arrangements de PAD (Pierre-Antoine Durand) sonnent comme du Bizet dopés aux Beatles ou aux Stones, avec en prime des parties radicalement funky (bien servis par une excellente bassiste, Sabrina Boudaoud…). Les structures assez complexes des morceaux en deviennent limpides, avec des ruptures qui rappellent parfois A night at the Opera de Queen. Les choristes s’en donnent à cœur joie dans un final décapant ou l’on nous invite (avec José) à la liberté, dans un final presque hippie, où les jupes se retroussent, les chemises volent, et les bouches s’embrassent…

Alexis Michalik, connu pour ses adaptations de Shakespeare, (après La Mégère à peu près apprivoisée au Splendid, il est aussi actuellement à l'affiche du Studio des Champs-Elysée avec Roméo & Juliette) semble être en passe réussir son pari, pour ce qui n’est qu’un pourtant qu'un Work in progress, adaptés au conditions et à l’espace du ciné 13. Cet Acte deux de Carmen (45 minutes) est en soi déjà un beau et jubilatoire moment de spectacle très vivant.

crédit photo : Chloé Bonnart.

site du festival : http://www.misesencapsules.com

4 commentaires:

  1. Merci pour ce bel article!
    Un TRES bon moment passé au Ciné 13: à voir et à revoir!!
    So

    RépondreSupprimer
  2. bravo super article ! super spectacle !
    Steph

    RépondreSupprimer
  3. bel article, qui rend bien l'impression du spectacle, jubilatoire, c'est le mot !
    audrey

    RépondreSupprimer
  4. Alexis Michalik has removed me from his friends on Facebook, after I edited his profile on Flixster. I'm so sorry I have wasted my time for nothing.

    RépondreSupprimer

Messages les plus consultés

Bookmark and Share

Qui êtes-vous ?

Paris, France
Chroniques News Musique Chansons et Pop/Rock Je suis quelques artistes français avec plus d'attention, mais je parle de tout ce qui, musicalement, se présente...
.