Pages

Articles précédents

samedi 29 octobre 2011

General Elektriks, Parker Street.

   
Troisième album de General Elektriks Parker Street, n'est pas l'album commercial qu'on aurait pu craindre à l'écoute du premier single "summer is here". Il va chercher parmi des influences plus riches et hétéroclites.
Le single "summer is here", est un petit tube, est justement cela m'avait fait un peu peur. Après le succès de son album précédent (succès relatif en terme de vente, quelque chose comme 30 000 copies, ce qui est à la fois beaucoup et peu, mais important pour les concerts, et la couverture médiatique du groupe), on pouvait craindre une tentation d'être plus radiophonique, plus accessible, pour franchir un cap... A l'écoute de Parker Street on peut être rassuré, Hervé Salters, âme du groupe (décidément c'est la mode les vrais faux groupe) n'a pas vendu son âme au diable.


Il faut dire qu'il a déjà connu pas mal de petites "consécrations", pas mal aidé par le copain -M- (rencontré à l'époque ou Hervé jouait avec Vercoquin, et Matthieu jouait sous le nom de "matthieu chedid group" vers 1993 !!! Faîtes le calcul ils 'étaient pas bien vieux... ) est passé à la télé à des heures de grandes écoutes. Une petite balade sur le net suffit à comprendre l'impact important qu'on eu les victoires de la musique, taratata et autre one shot not...Puisqu'il y a un peu plus d'un an, GE était absolument inconnu du grand public.

Parker street, donc est peut-être un peu plus complexe que le précédent album, à la fois plus sombre (bad day, the genius and the ganster)et plus pop (show me your hands), avec toujours cette vision très cinématographique de la musique un petit hommage à lalo shiffrin en intro (the spark). Hervé s'y fait plus "chanteur" que sur les précédents disques, et beaucoup de titres sont construit comme de vraies "chanson" cela marche parfois parfaitement"quiet entertainer" où l'on est carrément dans le rag-time lent de piano assumé, et "I'm ready", qui rappele un peu Gotan Project, parfois un peu moins ( hardship is over, malgré sa superbe intro). Quelque chose me dit que Hervé - ayant fait une tournée assez intense - l'a enregistré assez vite parce que le groupe marchait et qu'il fallait sortir quelque chose... Au fond je trouve ce disque intéressant, il rappelle par certains aspects le premier album Cliquety Klicks (le morceau "little lady" sur cet album par exemple)  mais ils est moins jubilatoire que Good city for dreamers et au fond, contrairement à ce que laissait présager le single, plus difficile d'accès,  plus "organique" (ça c'est dans le dossier de presse). La principale qualité de ce disque, c'est de n'avoir pas cherché à faire "la même chose"...

Notons que Hervé est aussi producteur de plusieurs artistes chez Discograph (Pigeon john) et joue avec un autre excellent projet Honey Cut (qui a aussi sorti récemment un album intitulé "comédians). Il faut absolument que j'en parle ici.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Messages les plus consultés

Bookmark and Share

Qui êtes-vous ?

Paris, France
Chroniques News Musique Chansons et Pop/Rock Je suis quelques artistes français avec plus d'attention, mais je parle de tout ce qui, musicalement, se présente...
.